Pages

jeudi 28 janvier 2010

Bilan 2009 de l'entreprise MAFIA SA

Article complémentaire : qu'est-ce que la mafia ?

[MàJ - 29 janvier 2010] Les chiffres présentés dans ce billet sont indirectement confirmés par un rapport présenté cette semaine à Davos par le Council on Illicit Trade, qui classe l'Italie au premier rang du G5 du crime organisé (respectivement devant les mafias chinoises, japonaises, russes et sud-américaines), avec un C.A. estimé de 112 milliards $ réalisé en Italie.

L'écart avec les 135 milliards € s'explique par le fait que le rapport évalue un volume d'affaires transversal de 310,6 Mds $ pour les seuls États-Unis, où il est notoire que la mafia italienne occupe une place prépondérante.

* * *

Après Vatican SA, voici Mafia SA, florissante société anonyme avec un C.A. 2009 de 135 milliards d'euros, selon l'association SOS Impresa, qui vient de publier son XIIe rapport sur criminalité mafieuse et entreprises.

Pour vous donner une idée de la progression, selon Elio Veltri et Antonio Laudati, qui ont récemment publié Mafia pulita, où ils définissent la mafia comme la première entreprise italienne, le C.A. 2003 était de 85 milliards d'euros (p. 40), soit une hausse de 50 milliards d'euros en 6 ans...

Une "évolution" contredisant quelque peu les annonces vaseuses du gouvernement Berlusconi, lorsqu'il déclare une semaine sur deux que la mafia est presque éradiquée ! (tout est dans le "presque" ;-)

Il y a quelques jours encore, en bon mytho, il a assuré que ce "phénomène pathologique" serait éradiqué "d'ici à la fin de sa législature" (2013, s'il y arrive, ce dont je doute), et l'a répété aujourd'hui-même. Juste un mensonge de plus à ajouter à une longue - très, très longue - liste...

L'intégralité du rapport (124 pages) n'est pas en ligne, mais il suffit de le demander [maintenant il l'est]. Ce que j'ai fait pour vous en parler, même si ce billet n'a pas pour but d'entrer dans les détails (trop long...), mais de vous fournir un aperçu de la situation actuelle. En commençant par les 78 milliards d'euros de bénéfice net pour l'année 2009, soit 6,5 milliards par mois, ou si vous préférez 213,7 millions / jour, presque 9 millions de l'heure, 150 000 euros à la minute ! Qui dit mieux...

Bilan 2009 de l'entreprise MAFIA SA
Comme pour toute entreprise qui se respecte, le bénéfice net est donné par la différence entre le chiffre d'affaires global (135 milliards) et les charges (57 milliards), telles que salaires, logistique, frais d'avocats, argent servant à graisser la patte, etc.

Si le poste "salaires" vous surprend, il faut savoir que la main-d'œuvre mafieuse est composée de salariés qui perçoivent régulièrement leur mensualité (la mesata), y compris lorsqu'ils sont en prison (l'argent est alors directement reversé à leur famille, et c'est la mafia qui règle les honoraires des avocats). Voici l'organigramme extrait du rapport, traduit par mes soins :

Organigramme mafieux
Un tueur peut donc gagner jusqu'à 25 mille euros par mois, selon SOS Impresa qui a reconstitué les "salaires" à partir de tous les documents qui ont pu être retrouvés.

Le jour où j'aurai le temps, je consacrerai un billet à la structure de la mafia, pour expliquer comment elle est organisée par rapport au territoire, etc.

C'est quelque chose de difficilement concevable en France, mais la force de la mafia c'est la façon dont elle contrôle et noyaute le territoire et se substitue à l'État dans une série croissante de "fonctions régaliennes". Outre les complicités au niveau de l'État, c'est aussi ce qui explique pourquoi certaines cavales durent des décennies, parce que des portions entières de territoire échappent au contrôle des pouvoirs publics.

Pour vous donner un exemple, dans certaines zones de Naples où se vend la drogue, la camorra a construit des dos d'âne sur la chaussée pour ralentir les voitures de police en cas de poursuites !

Le premier élément de contrôle du territoire est le "pizzo", à savoir les sommes d'argent - petites ou grosses - que la mafia extorque aux commerçants, mais pas seulement (on a même vu des extorsions aux dépens de prêtres, d'écoles, etc.), pour leur assurer une soi-disant "protection" en retour.

Dans les marchés, par exemple, les vendeurs à l'étalage doivent payer 1 euro par jour à Palerme, ou entre 5 et 10 € par jour à Naples, mais peu ou prou, l'important c'est que tout le monde paye !!!

Toujours à Palerme, le rapport estime que 80% des commerçants sont soumis au racket et calcule des fourchettes mensuelles de 200 à 500 € pour un magasin normal, de 750 à 1 000 € pour une boutique plus élégante, 5 000 € pour un supermarché, 10 000 € pour un chantier, etc. Si je trouve le temps, je vous ferai un billet sur les déboires de Carrefour en Italie du sud...

Pour les commerçants rebelles, les moyens d'intimidation plus courants sont l'incendie, les bris de vitrine et la colle (colle forte dans les cadenas pour que le commerçant puisse pas ouvrir ses rideaux de fer le matin...). Ça, ce sont les avertissements. Si le commerçant persiste à faire sa mauvaise tête, la mafia passe ensuite aux manières fortes. Par contre, s'il paie, il est protégé contre tous ces aléas du métier !

J'arrête là, mais je n'ai pas peur de dire que si cette situation honteuse et indigne d'une démocratie se perpétue en Italie depuis bientôt un siècle et demi, la faute en revient principalement aux politiques, qui deviennent au fil des ans de plus en plus compromis et corrompus, à tous les niveaux, et, pour tout dire, plus mafieux que les mafieux...

Mais c'est un autre débat !


Partager sur Facebook

P.S. Et si vous avez passé 5 minutes à lire ce billet, le calcul est simple, dans le même temps l'entreprise Mafia SA a facturé 750 000 euros !

Au noir, de toutes façons maintenant ils ont à disposition la grande lessiveuse qui lave plus blanc que blanc...

, , , , , , , , ,

lundi 25 janvier 2010

Marché de la recherche sur Internet, multiplié par 4 en 4 ans !


Une progression exponentielle :

1. 400 milliards de requêtes en 2006
2. 800 milliards de requêtes en 2008
3. 1 600 milliards de requêtes en 2010...

* * *

Dans le sillage du précédent billet sur les chercheurs du Web de 3e génération, je découvre ces stats de Comscore via Olivier Andrieu.

Or 130 milliards de requêtes faites dans le monde sur un seul mois (décembre 2009), ça nous donne 420 milliards de requêtes sur un trimestre, soit autant que pour toute l'année 2006 !!!

Et si le même rythme se poursuit, au 31/12/2010 nous en serons donc à 1 600 milliards de requêtes sur l'année !

Faramineux ! Déjà, c'est plutôt une bonne nouvelle pour les référenceurs (voir mon blogroll), parce que même si la concurrence augmente pour bien se positionner dans les pages de résultats, ça veut dire aussi 4 fois plus de chances d'être trouvé !

Bonne progression de la France à 5,4 milliards de requêtes (+61% vs. 2008), ce qui doit signifier pas loin du double en nombre de requêtes sur tout le marché francophone, et doit représenter entre 6 et 8% du marché mondial si l'on s'en tient à ces chiffres (en me basant sur 4% pour la France, j'imagine un marché francophone entre 50 et 100% supérieur).

Quant à Google, qui continue de s'accaparer 67% de l'ensemble, superlatif, comme toujours : j'aimerais bien savoir ce que ça donne aujourd'hui en termes de pages vues par jour sur le plus grand réseau de publicité contextuelle au monde. ! Et en termes de données collectées, inimaginable...

Donc indépendamment d'un retrait ou non de la Chine, Google a encore de beaux jours devant lui !


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , , , ,

jeudi 21 janvier 2010

Les chercheurs du Web de 3ème génération


L'ami Laurent, un vieux de la vieille du SEO, nous a demandé, à d'autres blogueurs (voir les liens en fin de billet) et moi, de nous exprimer sur l'avenir du search en nous basant sur l'étude “Search of the future” publiée en décembre dernier par Directpanel, sous-titrée : le moteur de recherche idéal vu par les internautes.

La question me suggère de citer en préambule une série de trois billets écrits il y a 3 ans, inspirés par Gord Hotchkiss, Président & CEO d'Enquiro Search Solutions, Inc., et respectivement intitulés :
  1. Search Engine Results 2010
  2. Les moteurs de recherche innovent, pourquoi les marketers Web n’en font-ils pas autant ?
  3. Moteurs de recherche 2010
Dans ce dernier, je terminais ainsi la série :
La conclusion de ce qui précède est qu'il faut donc penser en termes de multipositionnement, non plus simplement sur le texte mais sur tous les éléments du palimptexte, une réalité qui n'a jamais existé jusqu'à présent, et dont nous avons encore bien des difficultés à appréhender toutes les implications pour notre présence Internet...

Ce n'est plus de simple écriture Web qu'il s'agit, mais plutôt d'ingénierie "scripturale" (linguistique, sémantique, technique, etc.). Interactive, et donc réactive. Adaptative. Selon les buts, les retours d'information, les événements, les destinataires, etc. Sans parler de localisation...

(...) Pour conclure, je vous laisse avec cette question : où sera positionné votre site sur la page de résultats de Google en 2010 (ce n'est qu'une projection, mais on comparera dans trois ans...) ?
Et de nous proposer une hypothèse de pages de résultats plutôt futuriste, même s'il est clair que certaines des idées exprimées sont aujourd'hui réalité.


Donc après une première décennie 1990-2000 qui a consacré les débuts d'Internet comme phénomène mondial, à la fois culturel, socio-économique et même politique, et une deuxième décennie 2000-2010 de meilleure appréhension et de maturité du phénomène (j'imagine qu'aujourd'hui plus personne ne songerait à parler d'Internet comme d'une mode...), voici qu'une troisième génération d'internautes va devoir se mesurer avec les prochains bouleversements à venir sur la décennie 2010-2020 : Et que font les internautes dans cet incroyable fouillis planétaire pour s'y retrouver ? Ils cherchent ! Ils interrogent leurs réseaux sociaux, s'informent en temps réel sur leurs flux et sur Twitter, mais surtout ils questionnent les moteurs, point de passage obligé pour accéder aux richesses inépuisables du Web.

Or il y a dans l'étude Directpanel une diapo qui m'intéresse plus particulièrement, elle pose la question suivante : « Dans quelle mesure pensez-vous que les moteurs de recherche web pourraient s'améliorer dans les 10 années à venir ? »


Pour 1% des sondés, pas d'améliorations à attendre, un peu pour 33%, beaucoup pour 48%, et une évolution radicale pour 19%.

Ce qui veut dire que pour près de 100% des internautes, les améliorations potentielles côté moteur seront nombreuses sur la décennie 2010-2020, un vrai plébiscite !

Il y a cependant une donnée manquante, selon moi, dans cette étude, à rechercher non plus côté moteur, mais côté internaute. À savoir qu'en général les gens cherchent n'importe comment, une légèreté le plus souvent compensée par l'incroyable pertinence des résultats retournés. Pas toujours, je sais, mais il n'empêche...

Pour faire un parallèle, c'est la même histoire que ceux qui n'utilisent leur ordinateur qu'à 10% de ses capacités. Idem avec la recherche sur le Web, où la maîtrise a minima de la syntaxe moteur permet de circonscrire les résultats en minimisant le bruit autant que le silence.

Car après tout l'alphabétisation "moteurs" n'implique qu'un nombre fort limité de commandes, qu'on peut compter sur les doigts des deux mains (site:, link:, filetype:, inurl: / allinurl:, intitle: / allintitle:, intext: / allintext:, cache:, etc.), mais dont la pertinence des résultats fournis évite souvent l'allongement moyen des requêtes.

Cela permet ainsi de résoudre facilement deux des fonctionnalités les plus impactantes sur la vie quotidienne, selon l'étude, à savoir "m'aider à identifier parmi tous les résultats ceux qui sont les plus fiables" et "filtrer et ne pas afficher les résultats faux, périmés ou non pertinents".

Quant aux autres, telles que "permettre de rechercher dans les souvenirs stockés dans ma mémoire" (à moins qu'il ne s'agisse de la mémoire de mon ordi...), "comprendre des requêtes mentales / lire dans mes pensées" ou "fournir instantanément des informations sur une personne ou un objet que je touche", pour moi cela s'apparente moins à de la recherche Web qu'à de la science fiction.

Donc pour l'instant je me contenterai de choisir la syntaxe et les termes appropriés dans mes requêtes, car après tout, les bons mots clés restent ceux qui ouvrent les bonnes portes dans le labyrinthe Internet.

Et il est évident que de plus en plus, la page de résultats sera définie autant par l'utilisateur que par le moteur ! Une dimension qui, selon moi, manque à cette étude.

Dont une prochaine mouture devrait s'intéresser non plus à ce que les internautes s'attendent à trouver, mais à comment ils entendent le chercher. Je suis sûr qu'on aurait des surprises...




Liens connexes


Sylvain Richard
http://blog.axe-net.fr/enquete-google-sur-la-recherche-du-futur/

Marie Pourreyron
http://www.pink-seo.com/blog/futur-search-461

Léo Ludwig
http://fr.propulsr.com/moteurs-de-recherche/google-vision-futur/

Aurélien Bardon
http://oseox.fr/blog/index.php/786-moteur-recherche

Renaud Joly
http://www.renaud-joly.fr/index.php/post/2010/google-recherche-internautes

Antoine Leroux
http://www.antoineleroux.fr/google/futur-moteur-de-recherche/697

Aymeric Jacquet
http://ajblog.fr/referencement/802-recherche-ideale.html

Laurent Bourrelly
http://www.laurentbourrelly.com/blog/531.php

Sébastien Vallery
http://www.seoplayer.com/google/quel-futur-pour-la-recherche-d-information-en-ligne.html

Michel de Guilhermier
http://micheldeguilhermier.typepad.com/mdegblog/2010/01/google.html

David Degrelle
http://www.1ere-position.fr/blog/etude-google-le-moteur-de-recherche-du-futur

Olivier Andrieu
http://blog.abondance.com/2010/01/google-et-le-moteur-de-recherche-ideal_21.html

Olivier Duffez
http://www.webrankinfo.com/actualites/201001-search-future.htm

Gonzague Dambricourt
http://gonzague.me/futur-search-selon-google

Partager sur Facebook

P.S. La morale de l'histoire est la suivante : pour trouver des résultats pertinents, apprendre à bien chercher. Il y a des choses qu'on ne peut déléguer, l'apprentissage d'une langue, par exemple. Idem pour celui de la syntaxe de recherche (cf. opérateurs, via Aymeric). Google est comme le moteur d'une Ferrari de race, rien ne me servira d'en avoir une si je ne sais pas conduire !

, , , , , , , , , , , , ,

mardi 19 janvier 2010

Italie : censure sur le Web

[MàJ - 6 octobre 2011] Ça continue...

[MàJ - 25 janvier 2010] J'ai vu dans mes liens référents que ce billet est cité sur Numérama, où l'un des commentateurs dit ceci :
Je ne suis pas complètement d'accord avec l'analyse de Jean-Marie Le Ray sur son blog. Oui, la directive européenne exclut "les activités dont la vocation première n'est pas économique et qui ne sont pas en concurrence avec la radiodiffusion télévisuelle, comme les sites web privés et les services qui consistent à fournir ou à diffuser du contenu audiovisuel créé par des utilisateurs privés à des fins de partage et d'échange au sein de communautés d'intérêt."
Mais dans ce genre de texte, chaque mot et chaque virgule a un sens.

(...)

Entendons-nous bien : je pense qu'il s'agit d'un décret pour que Berlusconi protège son empire audiovisuel, en plus qui aurait mérité de passer par une loi (quoique je ne connaisse pas bien le système législatif italien). Mais quand on combat quelqu'un, il ne faut pas se tromper d'argument, sinon on en prend plein la gueule. Et à mon avis, se battre contre le fait que c'est contraire à la directive européenne, c'est une erreur car il est facile de contre-argumenter.
Je précise donc que mon billet reprend surtout l'analyse dominante faite en Italie, qui est à l'origine d'une contestation officielle de l'opposition devant le Conseil d'État.

En outre, des voix contraires se sont élevées au sein même du parti de Berlusconi (PDL), notamment celle de Luca Barbareschi, et toutes ces protestations conjointes semblent porter leurs fruits puisque l'avis des Commissions parlementaires a été repoussé et la majorité laisse entendre que des amendements pourraient être apportés au texte du décret.

(j'ai essayé de répondre directement sur Numérama, où je me suis inscrit pour publier, mais mon commentaire n'a pas été accepté, j'ignore pourquoi)

* * *

Je vous ai déjà entretenu des risques imminents de censure berlusconienne sur Internet, voici maintenant le dernier épisode en date : l'adoption du "décret Romani", du nom de l'actuel secrétaire d'État en charge des communications, Paolo Romani, ex patron de télévision ayant produit des émissions cultes telles que Colpo grosso...

En fait, l'affaire est un peu plus compliquée qu'il n'y paraît, car ce fameux décret ne concerne pas que la censure des web-télévisions, elle met également des bâtons dans les roues à Sky (la télé de Murdoch étant le seul concurrent sérieux de Berlusconi en Italie) et augmente le seuil d'annonces publicitaires essentiellement au profit des télés de ... Berlusconi, en doutiez-vous ?

Mais je me limiterai ici aux répercussions possibles sur Internet, un aspect fortement contesté par l'opposition qui a porté l'affaire devant le Conseil d'État, en accusant le gouvernement de "délégation excessive de compétences".

Voyons pourquoi. Ce décret, censé transposer la directive européenne sur les services de médias audiovisuels (SMA), ne tient pas compte de l'article 16, qui dit ceci :
Aux fins de la présente directive, la définition du service de médias audiovisuels devrait couvrir exclusivement les services de médias audiovisuels, que ce soit de la radiodiffusion télévisuelle ou à la demande, qui sont des médias de masse, c’est-à-dire qui sont destinés à être reçus par une part importante de la population et qui sont susceptibles d’avoir sur elle un impact manifeste. Son champ d’application ne devrait couvrir que les services tels que définis par le traité, et donc englober toutes les formes d’activité économique, y compris l’activité économique des entreprises de service public, mais exclure les activités dont la vocation première n’est pas économique et qui ne sont pas en concurrence avec la radiodiffusion télévisuelle, comme les sites web privés et les services qui consistent à fournir ou à diffuser du contenu audiovisuel créé par des utilisateurs privés à des fins de partage et d’échange au sein de communautés d’intérêt.
Or que fait Berlusconi ? Au lieu de les exclure, il les inclut !

Et plus précisément à l'article 4, premier alinéa, lettre a) du décret :
Dans le cadre du présent texte unique, on entend par :
a} services de médias audiovisuels : ... les services, y compris diffusés via Internet, qui impliquent la fourniture ou la mise à disposition d'images animées, sonores ou non, pour lesquels le contenu audiovisuel n'a pas un caractère purement secondaire.
En fait, le décret assimile la télévision IP à la télé tout court !

Un bon raccourci pour appliquer aux web télévisions la législation applicable aux télés traditionnelles, parfaitement contraire à l’esprit de la directive...

Par conséquent si ces web tv, qui disposent de moyens limités, sont désormais obligées d'obtenir des autorisations gouvernementales pour diffuser, on voit mal comment elles pourront subsister.

Et qu'en sera-t-il pour l'internaute lambda qui diffusera sur son site un extrait de Youtube ou autre ? Selon Google, les violations seraient passibles d'amendes pouvant aller jusqu'à 150 000 euros...

Ça me semble extrêmement raisonnable !


Merci à Maxime :-)


Partager sur Facebook

P.S. Un peu hors sujet, mais je signale à celles et ceux qui ont suivi sur mon blog l'agression à Berlusconi, que le parquet de Milan vient d'ordonner une expertise médicale sur le patient pour en savoir un peu plus sur la véritable nature de ses blessures...

, , , , , , , , , ,

vendredi 8 janvier 2010

Mon projet pour 2010


[MàJ - 25 janvier 2010] Si un éditeur est intéressé, j'ai un synopsis à disposition... (courriel)

* * *

Voilà, c'est décidé : je consacrerai l'année 2010 à l'écriture d'un essai sur la République italienne !

En fait, le 17 mars 2011, l'Italie célébrera le 150e anniversaire de son "Unité", un événement qui ne manquera pas d'attirer l'attention sur ce pays.

Or comme l'observe fort justement Olivier Duhamel : « Peu de pays sont aussi difficiles à comprendre pour un étranger que l’Italie » !

Initialement, je voulais me cantonner à la "deuxième République italienne" (il y a déjà beaucoup à dire...), mais il est clair qu'expliquer la deuxième sans aucune référence à la première serait le meilleur moyen de ne rien faire comprendre à un lectorat francophone.

De plus les changements imminents à la Constitution promettent très probablement l'avènement d'une 3ème république, peut-être même dès cette année, de type présidentialiste comme le souhaite tant Berlusconi... D'où la nécessité de traiter ça comme un continuum, de la 1ère à la 3ème...

Mon postulat de départ étant qu'à l'époque de Tangentopoli, l'Italie s'est trouvée face à un tournant de son histoire, qu'elle a malheureusement mal négocié...

Or elle est aujourd'hui face à un tournant semblable, face à des enjeux semblables, et je trouve que ce qui transparaît dans la presse et sur Internet est peu ou mal traité, et trop souvent si superficiellement que c'en est caricatural...

Donc même si je n'ai pas encore d'éditeur, plutôt que d'écrire sur mon blog j'écrirai mon livre, aussi serai-je moins présent sur Adscriptor, veuillez m'en excuser à l'avance. On verra bien ce qui se passera.

Mais si jamais ces quelques lignes donnent l'envie d'en savoir plus à un éditeur de passage, n'hésitez pas à me contacter, je vous promets du surprenant !

Parce que c'est vraiment surprenant ce qui se passe ici, parfait exemple de combien la réalité va beaucoup, mais beaucoup, beaucoup plus loin que la fiction...

En attendant voici le plan de l'essai :


1ère partie : la Ie République italienne

L’Italie a-t-elle jamais été une démocratie ?

1er tournant


2ème partie : la IIe République italienne

L’Italie est-elle une démocratie ?

2e tournant


3ème partie : la IIIe République italienne

L’Italie sera-t-elle un jour une démocratie ?

Changer le futur, ou droit dans le mur ?


Mon mail est dans la signature :-)


Partager sur Facebook

P.S. Que cela ne vous empêche pas de me poser des questions en commentaire, par exemple sur les choses qui vous semblent difficiles à saisir sur ce pays vu d'ailleurs, même si je ne réponds pas directement en ligne, soyez assurés que j'en tiendrai compte dans la rédaction de mon essai. Et si vous voulez me faire de la pub dans la recherche d'un éditeur, et bien ne vous gênez surtout pas ;-)

, ,