Pages

mercredi 29 juillet 2009

Cherche un éditeur qui voudrait un livre en français sur la seconde république italienne...



Il y a six mois jour pour jour, j'écrivais ce message sur Twitter, resté sans réponse (sauf Vicnent, merci à lui)...

Or l'abcès Berlusconi qui propage son pus nauséabond depuis bientôt deux décennies dans tout le pays est sur le point d'éclater, et en France personne n'en sait rien, ou si peu, et imagine encore moins la quantité et la malignité des trames qui gangrènent l'Italie (dernière en date, Forza Sud...), dont le tissu social est quasi-totalement nécrosé.

Ne croyez pas que ma métaphore médicale soit exagérée, car elle reste bien en-deçà de la réalité : comme l'arbre cache la forêt, l'abcès cache le cancer Berlusconi qui a produit et continue de produire une infinité de métastases, ce qui a conduit le malade Italie en phase terminale. Et quel est le destin d'un malade en phase terminale ? La mort.

Un cancer que le pays doit donc éradiquer, ici et maintenant, s'il veut vivre et connaître un regain de démocratie, largement compromise.

Ceci dit, à ce stade, tardif, les cures sont souvent insuffisantes et seul un miracle peut sauver le patient.

La première condition pour que se réalise un miracle étant d'y croire. D'espérer et de croire que la part honnête - et majoritaire - de la société civile saura trouver en elle les ressources pour expulser la tumeur Berlusconi de son corps malade.

Car s'il est vrai que les métastases se nourrissent de la tumeur, une fois celle-ci éliminée elles dépériront d'elles-mêmes.

C'est cette histoire que j'aimerais raconter, celle d'une longue agonie d'un pays qui n'a jamais connu la démocratie, confisquée depuis la fin de la deuxième guerre mondiale par une association criminelle regroupant politiques, mafias, pouvoirs occultes et fascismes en tous genres, souvent avec l'appui et sous le regard bienveillant des États-Unis.

Or les temps changent, et si le peuple nord-américain a trouvé en lui l'intelligence, les ressources, le courage et la force pour former et élire Barack Obama, je veux croire et espérer que le peuple italien trouvera en lui l'intelligence, les ressources, le courage et la force pour se débarrasser - définitivement, et démocratiquement - de Berlusconi.

Cf. quelques liens connexes :

Partager sur Facebook

, , , , , , , , , ,

vendredi 24 juillet 2009

Italie, pacte état-mafia : les négociations


[MàJ - 1er août 2009] Négociation POLITIQUE confirmée...

[MàJ - 25 juillet 2009] Dans le magazine Panorama de cette semaine, Gianluigi Nuzzi (auteur de Vaticano S.p.A.) anticipe en exclusivité ce que représentent les archives de Vito Ciancimino qui confirment les négociations entre l'état et la mafia :


Environ 800 pages manuscrites, plus quelques cassettes vidéo et audio ! Le bout de message ci-dessus dit textuellement :
ayant reçu les pleins pouvoirs pour négocier, j'ai contacté les carabiniers qui me dirent de formuler la proposition suivante : vous livrez à la justice certains des principaux chefs mafieux en cavale et en retour nous vous garantissons de bien traiter les familles...
Signé : Vito Ciancimino
* * *

Je vous ai déjà anticipé l'histoire du "papello", dont la lecture est un préalable indispensable si vous voulez mieux comprendre ce billet, et notamment la partie finale où il est question de Michele Riccio et Luigi Ilardo, mais en ce moment les événements se développent à la vitesse grand V !

Je commencerai en rendant hommage aux magistrats d'un côté (ceux qui n'ont jamais cessé de se battre pour parvenir à la vérité sur ces événements terribles), et aux journalistes de l'autre, dont l'emblème est bien sûr Marco Travaglio, qui répètent inlassablement ces histoires depuis des années, et que l'establishment fait tout pour tourner en dérision, tant à droite qu'à gauche ou au centre (pensez que jusqu'à la fin des années 80 - début des années 90, même la Cassation affirmait que la mafia n'existait pas mais n'était qu'une invention...), histoire de les faire apparaître moins crédibles qu'ils ne sont, pour ne pas dire totalement affabulateurs.

Or voilà que les faits sont en train de leur donner raison, voici que leurs écrits trouvent confirmations dans différents témoignages, qui se recoupent parfaitement et sont trop nombreux et proviennent de sources trop diverses pour qu'on puisse sérieusement nier, aujourd'hui, que ces choses ont bien eu lieu.

D'ailleurs il est frappant de constater qu'une multitude de personnages commencent à retrouver des lambeaux de mémoire, mais seulement parce que, placés de force devant l'évidence, ils ne peuvent plus faire autrement. Voir l'exemple de papounet le débauché qui finit par reconnaître, depuis des mois que ses mensonges à répétition et sa lobotomie informationnelle ne fonctionnent plus, qu'il n'est "pas un saint"...

(J'aurais bien une litanie d'insultes pour le qualifier, mais il est inqualifiable), fermer la parenthèse.

Quant aux zones d'ombre et aux questions qui demeurent, nombreuses, là encore, la première constatation est que rien n'a jamais été éclairci, bien au contraire (je vous parle de plus de 20 ans de dépistages, de mensonges "officiels" et de manipulations à n'en plus finir), juste par volonté délibérée de ne rien éclaircir. Volonté aux plus hauts niveaux, tant il est vrai que dans l'Italie d'aujourd'hui, la vraie mafia c'est la politique...

D'aujourd'hui et d'hier, malheureusement, faisons donc tout notre possible pour que ça ne soit pas aussi "de demain" !

Hier, au sens propre, il s'est passé trois choses extrêmement nouvelles et encourageantes, trois témoignages, deux devant les juges et un devant la presse :
  1. Suite au témoignage de Michele Riccio devant les juges Nino Di Matteo et Antonio Ingroia, qui a dévoilé que Marcello Dell'Utri était le personnage politique que lui avait indiqué Ilardo comme étant le "référent" de la mafia (circonstance qu'il n'avait jamais précisé dans ses rapports parce qu'il n'avait aucune confiance en ses supérieurs, dont Mario Mori), Dell'Utri est à présent officiellement inculpé dans le cadre de cette affaire. Rappelons que l'actuel sénateur Dell'Utri est déjà condamné à 9 ans de prison pour concours extérieur à une association mafieuse, et en attente de son jugement d'appel, dont les juges décideront, le 17 septembre, s'ils versent aussi au dossier les nouveaux éléments apportés par Massimo Ciancimino.

    Mais quoi qu'il en soit, ce sont deux procès parallèles, quand bien même avec de nombreux points de contact. En fait, cette nouvelle affaire est en train de mettre à jour une deuxième négociation, ou si vous préférez la continuation de la première, qui aurait été menée par Bernardo Provenzano alors que Riina était déjà en prison. En effet, si vous regardez la chronologie, vous verrez que la série d'attentats commence APRÈS la capture de Riina par Mori.

    L'autre élément crucial à établir est la date à laquelle a débuté la première négociation. Selon Mori, il aurait rencontré Vito Ciancimino pour la première fois le 5 août 1992, c'est-à-dire après les tueries Falcone et Borsellino (11 morts en deux attentats). Une date contestée d'abord par son second de l'époque, le capitaine De Donno, qui situe le début de la négociation entre l'assassinat de Falcone et celui de Borsellino, durant ces 57 jours qui ont profondément modifié le cours de l'histoire italienne. Une fenêtre temporelle confirmée par Massimo Ciancimino, mais pas seulement, comme nous allons le voir...

  2. Hier, Luciano Violante, ex-magistrat, ex-président de la Chambre des Députés et ex-président de la Commission nationale anti-mafia entre 1992 et 1994, a été entendu par Antonio Ingroia et Roberto Scarpinato à propos de cette négociation "présumée" entre l'état et la mafia. D'après les éléments en possession des juges, Vito Ciancimino aurait souhaité rencontrer Violante en septembre 1992, en lui faisant parvenir la requête par personne interposée - Mori, toujours lui, le brave homme -, mais Violante aurait refusé.

    La nouveauté dévoilée par Massimo Ciancimino, c'est que son père voulait obtenir des garanties, soit de Violante soit de Mancino, dans le cadre des fameuses négociations. Voici donc, 17 ans après, que Violante confirme qu'il a bien été approché par l'intermédiaire de Mori...

    Du reste, Ciancimino père confirma par la suite qu'il avait obtenu les garanties qu'il voulait, donc s'il ne les a pas eues de Violante, suivez mon regard !

  3. 17 ans après (17 ans d'amnésie...), hier encore, Giuseppe Ayala, qui faisait partie du pool antimafia dès les années 80 aux côtés de Falcone et de Borsellino, a déclaré à une journaliste :
    J'ai eu l'occasion de parler avec Nicola Mancino, que j'ai côtoyé au Sénat pendant des années, et il a bien eu une entrevue avec Borsellino le 1er juillet 1992, même si la chose s'est faite totalement par hasard.

    - Mais Mancino a toujours nié cette entrevue...

    Ce n'est pas ce qu'il m'a dit. Il m'a même fait voir son agenda annoté avec la date du RdV. Franchement, je n'ai aucun élément pour interpréter rétrospectivement cette circonstance. Borsellino discutait avec Parisi, le chef de la police de l'époque. Celui-ci dit au nouveau ministre que Borsellino était là et lui demanda s'il voulait le saluer, ce à quoi Mancino répondit : « Mais pensez donc ! ». Il accompagna Borsellino dans son bureau, au milieu d'autres personnes, et lui serra la main. Je ne dispose d'aucun autre élément pour imaginer que le rôle de Mancino fut autre...
Une déclaration qui contredit formellement Martelli, ancien ministre de la justice du gouvernement Craxi (Si parla di una visita di Borsellino a Mancino, nel giorno in cui quest'ultimo si insediava agli Interni al posto di Scotti. Beh, Mancino non ricorda quella visita che, tra l'altro, è strano coincidesse proprio col giorno del suo insediamento. Pare invece che proprio quel primo luglio Borsellino dovesse incontrare il capo della Polizia, Vincenzo Parisi, che però non c'è più e non può far luce su questa vicenda...), soit dit en passant...

La réaction de Salvatore Borsellino, frère de Paolo, ne s'est pas faite attendre, qui se déclare "interdit" par ce qu'il apprend...

Une poignée de main que Mancino n'a jamais reconnu jusqu'à présent, osant même affirmer qu'il ne connaissait pas physiquement Borsellino (c'eût été le seul dans toute l'Italie !), totalement empêtré dans ses mensonges et ses contradictions entre une version et la suivante. Y compris sur l'existence d'une négociation, puisqu'il a déclaré récemment que l'état avait refusé de négocier avec la mafia !

Or paradoxalement, "refuser de négocier" signifie bien que quelqu'un a tenté de négocier... Une déclaration immédiatement reprise par Antonio Ingroia, qui a répliqué « comment l'état a-t-il dit non ? »

Certes, il aurait du mal à l'expliquer, surtout maintenant que l'accumulation d'éléments nouveaux conduit à une seule conclusion : l'état a bien dit oui, et la montée au pouvoir de Berlusconi est étroitement liée au pacte état-mafia, dont nous payons aujourd'hui encore les conséquences.

En attendant les développements ultérieurs, qui ne sauraient tarder...



Partager sur Facebook

P.S. À noter que Totò Riina est interrogé aujourd'hui même par les juges (la fois précédente, c'était il y a 13 ans), à propos de ses récentes déclarations sur l'implication de l'état dans le meurtre de Borsellino : « C'est eux qui l'ont tué... », en confirmant ainsi le triste présage de Paolo Borsellino lui-même : « Quand ils me tueront, et non pas s'ils me tueront, ce ne sera pas seulement la mafia ! (Quando mi ammazzeranno, e non "se" mi ammazzeranno, non sarà stata solo la mafia...) »

J'ai regardé les deux principaux JT de 13h et 13h30' pour voir si l'un des sujets ci-dessus était abordé. Sur RAI 2, rien de rien, pas un mot. Sur RAI 1, juste un service consacré à l'interrogatoire de Riina. Sur Dell'Utri, Violante et Ayala, rien. Sur les télés de Berlusconi, j'ai pas osé...

, , , , , , , , , , ,

vendredi 17 juillet 2009

Microsoft - Yahoo! : accord en vue ?


Cf. le nuage sémantique des mots clés de la fusion manquée

Info ou intox ? Peu importe ! Après avoir écrit plus de 50 billets sur la fusion manquée, je m'en voudrais de louper le coche si la chose venait à se concrétiser.

Ce ne sera certes pas une fusion, mais juste un partenariat sur le volet recherche, aux termes duquel Microsoft paierait immédiatement 3 milliards $ à Yahoo! avec en outre un accord sur les revenus générés par le moteur de recherche de Yahoo!, ce qui permettrait à Microsoft de booster Bing et peut-être d'atteindre 30% des parts de marché moteurs sur les États-Unis.

En cas d'accord effectif, l'analyste prévoit une augmentation de 4 à 5$ du prix de l'action Yahoo!, ce qui donnerait une fourchette entre 20 et 21 $ l'action.

Mais un autre analyste précise dans la foulée que, pas plus tard qu'hier, William Morrison de chez ThinkEquity écrivait dans une note :
Given the early (apparent) success of MSFT’s Bing and recent pronouncements from YHOO management, a transformative deal between the two companies seems incrementally less likely in the near term.
En clair, vu le succès initial (apparent) de Bing et de récentes déclarations du management de Yahoo!, il semblait difficile d'envisager une forme de partenariat Microsoft - Yahoo sur le court terme.

Autrement dit, p'têt' ben qu'oui, ou p'têt' ben qu'non. Ils ont pas des ascendances auvergnates, chez Yahoo! ?


Partager sur Facebook

P.S. En tout cas, pour avoir les idées plus claires, je vous conseille de suivre les volumes d'achats d'actions de Yahoo!, ils étaient compris entre 17 et 18 millions d'actions/jour sur les 9 derniers jours ouvrables. Donc s'il y a des écarts significatifs dès demain, ce sera p'têt' ben qu'oui... À moins que ces écarts, si écarts il y a, ne soient générés par la rumeur. Auquel cas, ce sera p'têt' ben qu'non.

Oui, je sais, on n'est pas plus avancés :-)

, , , ,

jeudi 16 juillet 2009

IL PAPELLO


[MàJ - 14 octobre 2009] Ça y est !!! Le "papello" a été remis aux juges, un moment HISTORIQUE pour l'Italie, on en reparlera...

(Per chi vuole parlare...)

Suite : Italie, pacte état-mafia : les négociations

[MàJ - 17 juillet 2009, peu après minuit] Il n'est pas encore très clair si les pièces déposées hier (extrêmement sensibles, puisque le cabinet de son avocat a été cambriolé le jour même !) par Massimo Ciancimino comprennent ou non "il papello", nous en saurons probablement davantage dans les jours qui viennent...

En attendant, enquêtes officiellement rouvertes sur la mort des juges Falcone et Borsellino !

* * *

« Il papello », je vous en ai déjà parlé : une simple feuille de papier, au format A4, où serait indiquée une liste de 10 à 12 requêtes signées de la main de Totò Riina.

Une liste de prétentions faites parvenir à l'état italien pour passer un pacte de fer et de sang entre l'état et la mafia, écrites sur un bout de papier qui marque pourtant la transition entre la première république et la deuxième république italiennes, c'est-à-dire entre le déclin de la démocratie chrétienne et du parti socialiste italien d'un côté, respectivement symbolisés par Giulio Andreotti et Bettino Craxi, et l'arrivée politique et la montée en puissance du parti-entreprise de Silvio Berlusconi de l'autre, encore au pouvoir aujourd'hui pour le plus grand malheur de la démocratie.

[ Et pas seulement en Italie si j'en juge par les aspirations de Sarkozy qui semble vouloir faire tout ce qu'il peut pour ressembler chaque jour davantage à son parangon transalpin, sous le regard probablement détourné de sa femme (qui a quelque excuse, puisqu'on sait que l'amour rend aveugle...). D'ailleurs, s'il est vrai qu'on juge aussi les hommes par les modèles qu'ils se choisissent... Bien, fini la parenthèse française ! ]

En Italie, donc, ce pacte état-mafia est aujourd'hui un secret de polichinelle, et Massimo Ciancimino, fils de Don Vito, assure vouloir remettre incessamment sous peu le papier original aux juges italiens. Y en a déjà qui commencent à chier dans leur froc de ce côté des Alpes, et les premières puanteurs qui se font sentir un peu partout ne sont que les prémisses de l'avalanche de merde qui devrait s'abattre sur tout le pays dans les plus brefs délais. Excusez le langage, mais je ne vois pas d'autres termes plus explicites mieux à même de rendre compte de l'actuelle situation.

D'autant plus lorsque Ciancimino fils affirme dans une interview à Repubblica qu'il remettra non seulement "il papello" mais également d'autres documents de son père, qui devaient lui servir à la rédaction d'un livre qu'il n'a jamais écrit.

Il ajoute entre autres un "détail" qui pèse lourd comme une enclume : en 2005, toute cette documentation se trouvait dans le coffre-fort de son domicile de Mondello. Or pendant qu'il était à Paris, les carabiniers firent une perquisition chez lui ... sans toucher au coffre-fort ! Pourtant le même jour, les carabiniers perquisitionnaient également chez Giovanni Lapis, comptable de son père, dont ils ouvrirent le coffre. Un coup je prends, un coup je laisse...

Salvatore Borsellino, frère du juge Paolo Borsellino qui fut assassiné il y a 17 ans presque jour pour jour, selon toute probabilité parce qu'il aurait tout fait pour entraver la finalisation de ce "pacte état-mafia", ne peut s'empêcher d'observer :
Cette histoire me rappelle celle du coffre-fort du général Dalla Chiesa, le "traitement" de l'ordinateur et des agendas électroniques de Giovanni Falcone, le coffre-fort retrouvé vide dans le refuge de Totò Riina, ou encore l'agenda rouge de mon frère qui n'a jamais été retrouvé.
Sur la capture de Totò Riina en janvier 1993, Ciancimino fils révèle explicitement que son père, porte-parole de Provenzano, négocia directement cette capture avec l'état italien, par l'intermédiaire du colonel Mori et du capitaine De Donno, sous l'œil attentif d'un certain "Franco" des services secrets (dont l'omniprésence est un fil rouge ... sang), dernier paravent de l'homme politique italien qui se cachait derrière tout ça. Et dont Ciancimino junior a déjà indiqué le nom aux juges, mais les procès-verbaux sont top secrets, pour l'instant...

Imaginez d'ailleurs la capture de Riina après 23 ans de cavale, on le prend et tout le monde s'en va ! Pas de fouille du repaire (et encore moins du coffre-fort...), laissé libre et sans surveillance pendant 15 jours, juste histoire de donner à la mafia le temps nécessaire pour tout déménager, tout vider. Ils se sont même payés le luxe de repeindre pour effacer traces et empreintes...

Du travail bien fait, digne d'un Victor dans Nikita !

Mais la série "disparition de documents sensibles" ne s'arrête pas là. Car c'est toujours à l'année 2005 que remonte la découverte d'un autre "papello", un bout de page dont le haut a été déchiré où l'on peut lire :
...posizione politica intendo portare il mio contributo (che non sarà di poco) perché questo triste evento non ne abbia a verificarsi. Sono convinto che questo evento onorevole Berlusconi vorrà mettere a disposizione una delle sue reti televisive.

Un morceau de phrase à la syntaxe décousue, où le scripteur dit qu'il aurait apporté son appui, important sans aucun doute, pour que le triste événement n'ait pas lieu (menaces de rapt ou de mort sur le fils aîné de Berlusconi), à condition que celui-ci laisse à la mafia le contrôle d'une de ses chaînes télévisées.

Or cette lettre, saisie en 2005 à Palerme, n'a été officiellement remise au tribunal que le ... 16 juillet 2009 : aujourd'hui !

C'est-à-dire que pendant 4 ans personne n'en a officiellement rien su, et pourtant, imaginez la tempête qu'aurait produite cette découverte dès 2005, déjà en plein gouvernements II et III de ... Silvio Berlusconi !

Une lettre alors entière, qui aurait été écrite par un lieutenant de Riina et aurait passé de main en main selon Ciancimino Junior : de Totò Riina à Bernardo Provenzano, de Provenzano à Vito Ciancimino, de Ciancimino père à Marcello Dell’Utri, de Dell’Utri à Berlusconi. Ces nouvelles révélations ont d'ailleurs été entendues par les juges qui instruisent actuellement le procès d'appel contre Dell’Utri, condamné à plus de 9 ans de prison pour concours mafieux en première instance, et qui se sont réservés de décider le 17 septembre prochain si insérer ou non ces nouveaux éléments (y compris le témoignage du fils Ciancimino) dans le procès d'appel.

En attendant Dell'Utri continue d'être sénateur de la république italienne et il œuvre intensément à la création d'un futur Parti du Sud, une coalition politique qui aurait pour finalité de « défendre les intérêts du Sud de l'Italie », un vieux rêve de la mafia :
...au même moment (1993-1994), en Sicile, dans tout le sud-ouest de la Botte et jusqu'en Calabre, on voyait l'effervescence d'étranges ligues du sud qui, dans le sillage de la Ligue du Nord - il y eut même à Lamezia Terme une réunion avec un représentant de la Ligue du Nord -, visaient la sécession en voulant détacher de l'Italie péninsulaire la Calabre ou la Sicile... De fait, ces mouvements s'appelaient "la Sicile libre, la Calabre libre". Ces ligues fédéraient un peuple interlope, fait non pas de padans féroces, mais plutôt de gens étranges, un peu liés à la mafia, un peu à la 'ndrangheta, un peu à la P2 ; l'un d'eux, le prince Domenico Napoleone Orsini, qui avait des liens avec ces personnages, avait également des liens avec Marcello Dell'Utri.

Nous savons donc que Dell'Utri - chose démontrée par Gioacchino Genchi en analysant les relevés téléphoniques d'appels entrants et sortants, quel hasard ! - avait des contacts directs avec le prince Orsini. Dans un premier temps, Dell'Utri suivait de près l'évolution de ces milieux, justement parce que ce sont des organisations mafieuses, liées à des membres de la P2 et de la subversion d'extrême-droite, qui se fédèrent dès qu'elles sentent l'odeur d'un coup d'état possible, de la naissance d'une nouvelle République, et qu'elles veulent faire peser le poids, une fois de plus, de leur mainmise sur un ou plusieurs nouveaux partis.

Comme Sicilia Libera, parti à la création duquel s'intéressent directement des boss du calibre de Tullio Cannella, Leoluca Bagarella, les frères Graviano ou Giovanni Brusca.

Puis il se passe quelque chose, après la tentative d'assassinat de Costanzo et les attentats évoqués plus haut
(voir chronologie)..., cette stratégie terroriste mise en œuvre par la mafia obtient les résultats escomptés : Riina ne frappe pas au hasard, comme il eut l'occasion de le dire à ses troupes, on fait la guerre pour faire la paix avec l'État.

Une nouvelle paix avec de nouveaux acteurs et de nouveaux contacts politiques, qui, à la différence des précédents, déjà à l'agonie, étaient bien vivants, réactifs, et en mesure de respecter les accords, une fois conclus.

Nous en sommes à l'été 1993, et l'aventure de Forza Italia est déjà décidée : vers avril-mai, Berlusconi annonce à Montanelli qu'il se lance en politique...
Nous sommes là au cœur du nouveau pacte mafia-état italien, dont Riina fut le grand perdant, trahi et livré par Provenzano (pour le compte de qui Vito Ciancimino menait les négociations) en échange d'une "pax mafiosa" durable...

Provenzano qui décida alors de laisser tomber la sécession et de tout miser sur Berlusconi et Forza Italia, comme l'affirmait dès février 1994 Luigi Ilardo, un boss mafieux, "confident" ultra-secret d'un colonel des carabiniers, Michele Riccio, à qui il raconta que Cosa Nostra avait décidé de soutenir le mouvement naissant de Berlusconi dès les élections de mars 1994.

Et Ilardo d'expliquer à Riccio que quelques semaines plus tôt (à cheval sur fin 1993 - début 1994), les "palermitains" avaient organisé une « réunion restreinte » à Caltanissetta avec d'autres chefs mafieux, durant laquelle décision fut prise que les différentes organisations mafieuses sur le territoire national auraient voté pour « Forza Italia », le parti de Berlusconi, qui remporta effectivement les élections. Chaque famille aurait reçu ensuite les informations sur les candidats vers lesquels reporter leurs voix...

L'histoire, et surtout la fin d'Ilardo, sont d'ailleurs très riches d'enseignements :
Le 31 octobre 1995, Ilardo prévient Riccio qu'il doit rencontrer Bernardo Provenzano en personne. Riccio, qui fait maintenant partie du ROS, demande à ses supérieurs d'obtenir les moyens nécessaires pour intervenir. La réponse tombe, laconique, glacée : ne rien faire...
C'est ainsi que Provenzano aurait pu être capturé 11 ans plus tôt, si les commandants Mario Mori et Mauro Obinu n'avaient pas dit NON à Michele Riccio.
  • Ce même Mario Mori qu'on retrouve aux côtés du capitaine Sergio De Caprio alors qu'il ne disposèrent aucune perquisition ni aucune planque au refuge de Riina après que celui-ci ait été arrêté, le 15 janvier 1993...

  • Ce même Mario Mori qu'on retrouve aux côtés du capitaine De Donno alors qu'il négociait, entre autres, la capture de Riina avec Vito Ciancimino, selon les déclarations du fils, et « l'un des médiateurs » du pacte état-mafia selon Giovanni Brusca...

  • Ce même Mario Mori qui fut reconnu - alors qu'il n'aurait pas été censé l'être - par Ilardo, lors de la réunion secrète organisée le 2 mai 1996 à Rome pour décider de son avenir comme collaborateur de justice, entre les juges Caselli (Palerme), Tinebra (Caltanissetta) et le général Mori, qui avait pris du galon entre temps. Ilardo entre dans la pièce, il voit Mori, se dirige vers lui et, sans même le saluer, il lui dit : « Colonel, sachez que les massacres que nous avons commis, c'est vous, c'est l'État qui nous les avez commissionnés. » Grand moment de silence et de gêne, puis Mori, sans rien dire, tourne les talons et s'en va.

    Lors de cette réunion, le premier interrogatoire d'Ilardo est fixé au 15 mai. Celui-ci décide alors de rentrer une semaine chez lui pour prévenir sa famille de sa décision de collaborer, ce qui l'obligera à rester loin de la Sicile. Le 10 mai, Ilardo et Riccio se rencontrent une dernière fois à l'aéroport de Catane. Quelques heures plus tard, à 21h30, il est assassiné par deux tueurs devant chez lui.

    Il ne se présentera jamais à l'interrogatoire du 15 mai.
Mario Mori, commandant, colonel, général, préfet, chef des services secrets, etc. ; Marcello Dell'Utri, co-fondateur du parti politique de Berlusconi, bibliophile, sénateur ; Silvio Berlusconi, homme le plus puissant d'Italie, actuel chef du gouvernement, etc. : voilà un bel échantillon des hommes qui gouvernent gangrènent le pays aujourd'hui.

Et après on s'étonne que l'Italie pourrisse à petits feux...


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , ,

mercredi 15 juillet 2009

134 milliards de dollars - Ordre exécutif 11110

134 MILLIARDS DE DOLLARS - CHRONOLOGIE INVERSÉE

XXI. 134 milliards de dollars - LE PROCÈS - I (1er décembre 2011)
XX. 134 milliards de dollars - Affaire relancée (26 novembre 2011)
XIX. Exclusivité mondiale Adscriptor ! 134 milliards de dollars : procès civil n° 8500 aux US (24 novembre 2011)
XVIII. Exclu Adscriptor : Monsieur Yin & Monsieur Yang (xyz milliards de dollars) (10 avril 2011)
(Version anglaise) [Exclusive]: Mr. Yin & Mr. Yang (+200 billion dollars more...) (April 10, 2011)
XVII. 134 milliards de dollars - l'affaire évoquée dans les Statelogs de Wikileaks ! (28 novembre 2010)
XVI. 134 milliards de dollars - l'opération Lys d'Or et le Traité de Versailles ! (2 octobre 2010)
XV. 134 milliards de dollars - épilogue ... "officiel" (24 mai 2010)
XIV. xyz ... milliards de dollars : conférence de presse (22 septembre 2009)
XIII. 314,5 milliards de dollars : la piste russe ! (21 septembre 2009)
XII. 180 milliards de dollars (19 septembre 2009)
XI. 134 milliards de dollars - Autre saisie ! (18 septembre 2009)

Résumé de l'affaire (5 septembre 2009)

X. 134 milliards de dollars - Interrogation parlementaire (3 août 2009)
IX. 134 milliards de dollars - Ordre exécutif 11110 (15 juillet 2009)
VIII. 134 milliards de dollars - Dragon Family (6 juillet 2009)
VII. 134 milliards de dollars - Hal Turner (4 juillet 2009)
VI. 134 milliards de dollars - le mystère continue ! (30 juin 2009)
V. 134 milliards de dollars - les comptes ne tournent pas rond ! (24 juin 2009)
IV. 134 milliards de dollars - les mystères de l'information (16 juin 2009)
III. 134 milliards de dollars - trop gros pour être faux (14 juin 2009)
II. 134 milliards de dollars - suite (10 juin 2009)
I. 134 milliards de dollars (8 juin 2009)

* * *

En 1963, John F. Kennedy utilisa la Constitution américaine qui affirme :

« Le Congrès aura le pouvoir de battre la monnaie et d'en réguler la valeur. »

Kennedy mit fin au pouvoir de la Federal Reserve d'imprimer la monnaie et de la prêter au gouvernement avec intérêt en signant l'Executive Order 11.110 le 4 juin 1963. La directive appelait à la production de 4.3 trillions de dollars en billets des États-Unis par le Trésor US et non par la Federal Reserve. Il signa aussi une loi rendant les billets de un et deux dollars convertibles en or ce qui renforça la monnaie nouvellement émise par le gouvernement. James J Saxon, le contrôleur des finances de Kennedy, encouragea plus d'investissements et de pouvoirs de prêts pour les banques qui ne faisaient pas partie du système de la Federal Reserve. Il encouragea aussi ces mêmes banques à traiter directement avec les institutions financières locales et étatiques. En écartant les banques de la Federal Reserve des investissements de capitaux, Kennedy les aurait brisées et détruites.
Executive Order 11110

Une mesure qui n'aurait pas été abolie par la suite (à vérifier puisque, officiellement, les United States Notes n'auraient plus été produits après le 21 janvier 1971...). Donc, selon Luigi Grimaldi, le journaliste de Liberazione qui a publié son article hier, en 1998, date d'émission de ces « billets des États-Unis » à l'effigie de Kennedy par le Trésor US et non par la Federal Reserve (qui ne ment donc pas en affirmant qu'elle n'a jamais émis de billets de cette valeur...), « 99% des billets en circulation étaient des billets de la Federal Reserve, et 1% des billets des États-Unis »...

Ces derniers se distinguent des précédents en portant la mention « billet des États-Unis » (United States Note) et en ayant des numéros de série ROUGES (vs. VERTS pour les autres, Federal Reserve Notes) :


Or on voit parfaitement que les numéros de série des billets "Kennedy" sont rouges :


J'observais également que le fait qu'ils ne fussent pas du domaine public tendait à exclure qu'ils pussent avoir été contrefaits, puisque cela n'aurait aucun sens pour un faussaire de reproduire des billets qui ne sont pas en circulation et dont personne n'est au courant.

Par ailleurs, je vous avais déjà parlé des relations de parenté entre Yamaguchi (j'avais fait une erreur sur le nom et le prénom) et Toshiro Muto, ancien vice-gouverneur de la Banque du Japon, dont il serait le beau-frère. Or Luigi Grimaldi apporte dans son article un autre élément crucial :
En 1998, à l'époque de la grande crise du yen, l'économie japonaise était au bord de la faillite et risquait un effondrement des marchés financiers semblable à ce que nous connaissons aujourd'hui. Un désastre qui fut évité par le gouvernement américain en soutenant le yen qui dévissait en chute libre, derrière l'intervention personnelle de M. Robert Rubin, le ministre du Trésor de l'époque. Or l'envoyé spécial de Washington fut M. Larry Summers, alors adjoint du ministre et actuel conseiller économique de Barack Obama, qui partit précipitamment à Tokyo le 18 juin 1998 pour rencontrer le ministre des Finances japonais, Hikaru Matsunaga et son adjoint, Eisuke Sakakibara, l'homme connu sur les marchés comme «M. Yen».

Or, toujours en 1998, Toshiro Muto était le Directeur du Secrétariat du Ministère des Finances de Messieurs Hikaru Matsunaga et Eisuke Sakakibara, protagonistes avec les américains du "sauvetage du yen".

M. Sakakibara qui aurait soutenu récemment encore la candidature de M. Muto au poste de gouverneur de la Banque centrale du Japon.
Et le journaliste de conclure :
Tout porte à croire que les titres saisis à Chiasso sont authentiques et qu'ils doivent aujourd'hui donner davantage de maux de tête à l'entourage de l'administration financière d'Obama plutôt qu'aux japonais.
Alors, qu'en dites-vous ?


Partager sur Facebook

, , , , , , ,

mercredi 8 juillet 2009

Grande première mondiale pour le Web et la démocratie participative


À quoi ça sert Facebook ? Je crois que sur Internet, tout le monde s'est posé cette question à un moment ou à un autre. Moi-même, en 2007, j'ai écrit l'un de mes premiers billets sur le phénomène Facebook en concluant par ces mots :
je suis présent sur Facebook « juste pour savoir de quoi je cause quand j'en cause, et j'avoue ne pas encore y avoir trouvé "mon" intérêt ».
Et puis le mois dernier il s'est passé une chose : une déclaration de Berlusconi, le 13 juin, qui invitait expressément les entrepreneurs italiens à boycotter les journaux qui critiquaient son gouvernement, sa personne, sa politique, et à ne plus y investir en publicité (en sachant que les principaux journaux et médias qui ne le font pas sont les siens...).

Une déclaration qui a fait réagir, entre autres, un consultant en communication de Milan, Geronimo Emili, qui a décidé dans la foulée de lancer un groupe sur Facebook pour proposer aux gens de se cotiser et d'acheter une pleine page de publicité sur Repubblica, journal symbole de la lutte contre Berlusconi et cible directe de ses attaques : « Repubblica a planifié une action subversive contre moi ! »

Donc en trois semaines à peine, la proposition a abouti et aujourd'hui - le jour de l'ouverture du G8 en Italie ! -, le journal "La Reppublica" publie NOTRE ANNONCE !


Comme vous pouvez le voir, ce n'est pas une pleine page (en taille naturelle, légèrement inférieur au format A4), et c'est relégué à la page 37 du journal. Mais c'est tout ce que les fonds recueillis ont permis de nous offrir.

Toute cette histoire m'inspire un certain nombre de réflexions.

1. La puissance du Web et du concept de "réseau social" lorsqu'il est utilisé dans le cadre d'une cause commune.

- Le groupe est né spontanément sur Facebook et 95% des gens qui ont versé leur contribution l'on fait via Paypal.

- Je crois que c'est la première fois au monde que les citoyens lambda s'offrent une telle publicité dans un quotidien à tirage national. Certains ont leur nom parmi les signataires en n'ayant versé qu'un seul euro !


2. Pour porter une idée sur le Web, il faut à l'origine un promoteur de l'idée et un groupe restreint qui prenne en main l'aspect "organisation".

- Dans le cas présent, Geronimo Emili s'est chargé de faire confluer les fonds sur un compte Paypal, de prendre contact avec la régie de Repubblica, de négocier le tarif de la page, de compiler la liste des noms (tout un travail, puisque sur 501 noms publiés, certains ont fait apporter des corrections, d'autres ont demandé leur retrait pour conserver leur anonymat, etc.), de trouver les volontaires pour la rédaction du message, la partie graphique, etc.

- C'est moi qui ai lancé l'idée de traduire la page, au début j'aurais aimé dans le plus grand nombre possible de langues, mais Geronimo (Jérôme en français) a préféré se limiter aux langues des participants au G8. Il s'est occupé de trouver les traducteurs pour l'allemand, le russe et le japonais, tous volontaires.

- J'ai pris en charge le français et l'anglais, et les deux traducteurs professionnels que j'ai contactés pour l'anglais n'ont pas voulu être payés. Qu'ils en soient remercié, leur nom n'apparaît pas sur la liste des contributeurs juste parce que Geronimo n'a pas réussi à tout faire, mais je tiens ici à réparer cet oubli. Ils s'appellent Nicholas Hunt et Gordon Fisher.

3. Entre adhésion idéale et contribution effective, il y a un pas que seuls 20% des gens franchissent !

- Au moment de clôturer les comptes, lundi soir à minuit, (j'arrondis) 500 personnes sur 2500 inscrits avaient versé environ 4500 €. Soit une moyenne de 9 € par personne qui aurait donné plus de 22000 euros collectés si chaque inscrit/e avait été jusqu'au bout de la logique ayant motivé son inscription...

- Cette marche arrière de 4 inscrits sur 5 a fortement diminué l'impact médiatique du message. En outre, si nous avions eu la pleine page, nous aurions pu publier les traductions directement sur le journal, et non en page 37 !, comme le montre le projet graphique original :


Qui a dû être redimensionné à cause du format de l'annonce, et qui est donc le fruit d'un compromis tenant compte de l'espace réduit à disposition.

- Ironie du sort, l'annonce est publiée à côté d'un article censé retracer l'histoire de Facebook...

Conclusion

En termes de communication, je crois que cette initiative est une grande première mondiale et qu'elle ouvre des perspectives...

Par contre, le fait que 4 personnes sur 5 se soient abstenues de contribuer, en contradiction évidente avec les intentions publiquement professées, est un ÉCHEC manifeste, qui donne à réfléchir. J'ai laissé plusieurs message sur le mur de la page, en comparant ce qui s'est passé avec un voyage en train, où pour chaque voyageur qui a pris le train, quatre autres sont restés sur le quai à regarder.

Une passivité de cyberspectateurs sur laquelle il me semble déceler l'héritage d'une culture télévisuelle où la seule interaction possible consiste à zapper en restant le cul sur sa chaise.

Non ! Les réseaux sociaux et le Web ouvrent d'immenses perspectives encore presque totalement inexplorées, et plutôt que de légiférer à droite et à gauche sur des conneries qui sont l'expression de lobbies monopolistes jurassiques, cette initiative est l'exemple frappant des possibilités que le Web ouvre à tout-un-chacun.

Apprenons à nous en servir, et parlons-en autour de nous !

* * *

Liens connexes en français (si vous en connaissez d'autres, merci de me le signaler en commentaire) :


Partager sur Facebook

P.S. Cf. l'article de Repubblica, signalé en page d'accueil du journal, qui rend compte de l'initiative :


, , , , , , , , , , ,

mardi 7 juillet 2009

Une page de pub sur Repubblica


Une grande première mondiale pour le Web et la démocratie participative

FRANÇAIS - ITALIEN - ANGLAIS - ALLEMAND - RUSSE - JAPONAIS -
(explication)



LA PRESSE NE PEUT ÊTRE ASSUJETTIE À AUCUNE AUTORISATION NI CENSURE.


Article 21 de la Constitution italienne de 1948

« IL NE FAUDRAIT PAS QUE L’ON AIT UNE OPPOSITION ET DES MÉDIAS QUI CHANTENT QUOTIDIENNEMENT LA CHANSON DU DÉFAITISME ET DU CATASTROPHISME. VOUS-MÊMES DEVRIEZ OPÉRER, OU MIEUX ENCORE, DEVRIEZ FAIRE DAVANTAGE : NE CONFIEZ PLUS VOTRE PUBLICITÉ À CEUX QUI SE COMPORTENT DE CETTE MANIÈRE ».

Silvio Berlusconi aux jeunes industriels italiens, le 13 Juin 2009

Par cette déclaration, Silvio Berlusconi a expressément invité les jeunes entrepreneurs italiens à boycotter les journaux qui disent la vérité sur la crise économique en y cessant leurs investissements publicitaires ; il a même attaqué directement le quotidien « La Repubblica », en l’accusant d’être le chef de file d’une planification subversive. C’est la première fois en Occident qu’un chef du gouvernement altère la libre concurrence en invitant à boycotter les journaux qui ne lui plaisent pas !

Des pressions que nous considérons inacceptables, en ce qu’elles traduisent un comportement typiquement imputable à des formes de gouvernement non démocratiques.

Cet appel ne s'adresse pas en particulier aux citoyens préoccupés pour le journal « La Repubblica », notamment car nous sommes convaincus que la plupart des entrepreneurs rejetteront l’invitation, leur sens de l'état et de la démocratie étant sans aucun doute bien plus développé et profondément enraciné que celui du chef du gouvernement. En revanche, nous souhaitons nous tourner vers celles et ceux qui pensent qu’une telle forme d’ingérence est indigne, antilibérale et antidémocratique. Nous ne contestons pas le gouvernement, ses choix ou sa politique, nous contestons le fond et la forme de qui le préside en exprimant un mode d’exercice du pouvoir aussi aberrant.

Madame, Messieurs les Présidents :

Angela Merkel, Taro Aso, Gordon Brown, Stephen Harper, Dmitri Medvedev, Barack Obama et Nicolas Sarkozy

FAITES-LE SAVOIR, NE NOUS LAISSEZ PAS SEULS !

Cette page a été achetée par un groupe de citoyens libres, d’orientations politiques diverses, qui ont décidé de payer de leur poche car fortement embarrassés et soucieux de la perte progressive de la liberté de la presse et de son rôle de gardien attentif de la démocratie en Italie.

[Début]


LA STAMPA NON PUÒ ESSERE SOGGETTA AD AUTORIZZAZIONI O CENSURE

Art. 21 della Costituzione Italiana, 1948

BISOGNEREBBE NON AVERE OGNI GIORNO SINISTRA E MEDIA CHE CANTANO LA CANZONE DEL DISFATTISMO E DEL CATASTROFISMO. ANCHE VOI DOVRESTE OPERARE, ANZI DOVRESTE FARE DI PIÙ: NON DATE PUBBLICITÀ A CHI SI COMPORTA COSÌ.

Silvio Berlusconi ai giovani industriali italiani, 13 giugno 2009

Con questa sua dichiarazione rilasciata di fronte ai giovani imprenditori italiani, Silvio Berlusconi ha espresso l’invito a boicottare, sospendendo gli investimenti in pubblicità, quelle testate che raccontano la verità sulla crisi economica; ha poi attaccato direttamente Repubblica accusandola di guidare un piano eversivo. È la prima volta che un premier occidentale invita ad alterare il mercato e a boicottare i giornali a lui sgraditi.

Riteniamo inaccettabile questa forma di pressione: è un comportamento che richiama forme di governo tipicamente non democratiche.

Questo appello non è rivolto a quei cittadini preoccupati per Repubblica, anche perché siamo convinti che la maggioranza degli imprenditori non aderirà all'invito, avendo loro un senso dello stato e della democrazia molto più radicato e profondo rispetto a quello del Capo del Governo. Noi intendiamo rivolgerci a coloro che credono che questa ingerenza sia indegna, illiberale e antidemocratica. Non contestiamo il governo, le sue scelte o la sua politica; contestiamo la forma e la sostanza di chi lo presiede quando esprime queste modalità aberranti dell'esercizio del potere.

Egregi Presidenti

Angela Merkel, Taro Aso, Gordon Brown, Stephen Harper, Dmitry Medvedev, Barack Obama e Nicolas Sarkozy:

FATELO SAPERE, NON LASCIATECI SOLI!

Questa pagina è stata acquistata da un gruppo di liberi cittadini di diversi orientamenti politici che hanno deciso di autotassarsi perché fortemente imbarazzati, nonché preoccupati per la progressiva perdita della libertà di stampa e per il ruolo di guardiano attento della democrazia che essa ricopre.

[Début]


THE PRESS MUST NOT BE SUBJECT TO AUTHORISATION OR CENSORSHIP

Art. 21 of the Italian Constitution, 1948

THE POLITICAL FORCES OF THE OPPOSITION AND THE MEDIA SHOULD NOT BE ALLOWED TO HARP ON ABOUT DEFEAT AND CATASTROPHE, AND YOU, TOO, SHOULD DO YOUR BIT BY REFRAINING FROM PLACING ADVERTS WITH THOSE WHO BEHAVE LIKE THIS

Silvio Berlusconi, addressing a meeting of young entrepreneurs, 13th June 2009

With this statement, made before an assembly of young Italian entrepreneurs, Silvio Berlusconi invited those in attendance to boycott all the independent newspapers that tell the truth about the economic crisis and to refrain from placing adverts with them. He went on to launch a blatant attack on respected broadsheet La Repubblica, accusing it of being at the forefront of a subversive plot. This was the first time that a Western Head of State has ever encouraged anyone to distort the market by boycotting newspapers that do not agree with his point of view.

We consider this form of pressure to be unacceptable. Berlusconi's behaviour is reminiscent of the approach typically taken by non-democratic governments.

This appeal is not aimed at those citizens who fear for the survival of La Repubblica – not least because we are convinced that the majority of businesspeople to whom this invitation was extended have a far deeper sense of the purpose of the State and of democracy than our current Head of State does. Rather, we are appealing to those who believe that this sort of interference is shameful, illiberal and anti-democratic. We take issue not with the government per se, or its choices or policies, but with the aberrant way the person entrusted with the responsibility of running our country wields the power vested in him.

We beseech you,

Angela Merkel, Taro Aso, Gordon Brown, Stephen Harper, Dmitry Medvedev, Barack Obama and Nicolas Sarkozy...

LET THIS TRAVESTY BE KNOWN AND DO NOT ABANDON US!

This page has been paid for by a group of citizens of different political persuasions who have decided to pool their resources in order to express their outrage at the increasing restrictions placed on the freedom of the press and at the attempts to compromise its ability to serve as the guardian of our democratic rights.

[Début]


Die Presse darf weder einer behördlichen Genehmigung,
noch einer Zensur unterliegen.
Art. 21 – Verfassung der Italienischen Republik, 1948


“Man sollte nicht jeden Tag mit den Linken und den Medien konfrontiert werden, die das Lied der Miesmachung und der Katastrophe singen. Auch Sie sollten sich darum kümmern, Sie könnten sogar noch mehr tun: keine Werbung bei jenen schalten, die sich so benehmen.”

Silvio Berlusconi, an Italiens Jungunternehmer gerichtet, 13. Juni 2009


Mit dieser Erklärung hat Silvio Berlusconi die italienischen Jungunternehmer ersucht, durch Einstellen der Werbeinvestitionen jene Zeitungen zu boykottieren, die die Wahrheit über die Wirtschaftskrise berichten und hat im Besonderen La Repubblica angeriffen und sie beschuldigt, einen umstürzlerischen Plan anzuführen. Es ist das erste Mal dass ein westlicher Ministerpräsident ersucht, den Markt zu verfälschen und ihm lästige Zeitungen zu boykottieren.

Wir halten diese Art von Druck für inakzeptabel: dies ist ein Verhalten, das an typisch undemokratische Regierungsformen erinnert.

Dieser Aufruf geschieht nicht aus Sorge um die Zukunft der Tageszeitung La Repubblica, denn wir sind überzeugt dass die Mehrheit der Unternehmer der Aufforderung nicht folgen wird, da ihr Sinn für Staat und Demokratie tiefer verwurzelt ist als der unseres Ministerpräsidenten.
Wir wollen uns an jene richten die glauben, dass dieses Einschreiten unwürdig, freiheitsfeindlich und undemokratisch ist. Unser Protest ist nicht gegen die Regierung und ihre politischen Entscheidungen gerichtet, sondern gegen die Art und das Wesen ihres Vorsitzenden und seine abweichende und verzerrte Ausübung der Macht.

Sehr geehrte Frau Bundeskanzlerin, sehr geehrte Präsidenten
Angela Merkel, Taro Aso, Gordon Brown, Stephen Harper, Dimitri Medvedev,
Barack Obama und Nicolas Sarkozy

Sagen Sie Ihre Meinung und unterstützen Sie unseren Appell!



Diese Seite wurde finanziert und geschaltet von einer Gruppe unabhängiger, betroffener Bürger verschiedener politischer Einstellungen aus Sorge um den zunehmenden Verlust der Pressefreiheit und deren Rolle als Garant der Demokratie.

[Début]


Печать не может подлежать разрешению или цензуре.

Статья 21. Конституция Италии. (1948 г.)

Было бы лучше не слышать каждый день прессу и оппозицию, что поет пораженческие песни.

Вы тоже должны действовать, вы должны сделать даже больше:

Не давайте рекламу в те издания, которые ведут себя подобным образом.

Сильвио Берлускони в обращении к молодым предпринимателям, 13 июня 2009 года.

Этим заявлением, обращенным к молодым итальянским бизнесменам, Сильвио Берлускони призвал бойкотировать заголовки, приостановив вложения в рекламу тех газет, что рассказывают правду о мировом экономическом кризисе. Далее он прямо обвинил Республику, говоря о ее «подрывном» курсе. Впервые западный премьер-министр предлагает изменить рынок и бойкотировать газеты, нежелательные для него. Мы считаем подобное давление недопустимым, слишком напоминающим недемократические формы правления.

Этот призыв не обращен к тем гражданам, которые беспокоятся за Республику, тем, кто, очевидно, является мишенью этих нападок, тем более, что мы уверены, что большинство предпринимателей не поддержат предложения, ведь и у них тоже есть понятие о государстве и о демократии, и, очевидно, намного более укоренившееся и глубокое, по сравнению с главой государства. Мы обращаемся к тем, кто верит, что подобное вмешательство является низким, недостойным, антилиберальным недемократическим. Мы не опровергаем правительство, его политику и выбор, мы опровергаем форму и содержание подобной формы эксплуатации власти тех, кто возглавляет правительство.

Многоуважаемые президенты Дмитрий Медведев, Таро Асо, Гордон Браун, Стивен Харпер, Ангела Меркель, Барак Обама и Николя Саркози

Пусть мир знает об этом, не оставляйте нас одних!

Эта страница была куплена группой свободных граждан с разными политическими взглядами, теми, кому стыдно и кто обеспокоен возможностью исчезновения свободы слова и стремительным падением роли прессы, как защитника демократии.

[Début]


報道は、許可と検閲の対象になるべきではない。

1948年 イタリア憲法第21章

「日々、悲観主義とカタストロフィばかりを取り上げる左派とメディアをそのままにしておいてはいけない。 諸君も何かしなければならない。いや、するべきだ。 このような輩に広告を委託してはならない。」

シルヴィオ・ベルルスコーニの、イタリアの若き工場主の集まりにおいての発言。2009613

これは、シルヴィオ・ベルルスコーニ氏がイタリアの若き起業家の前で、経済危機についての真実を語る各紙に対し広告のボイコットをするように、つまり広告を出すことによる投資をしないよう促した発言です。そしてまた、レプブリカ紙を名指しして、体制打倒のための破壊行動を先導していると非難したのです。首相が市場の改ざんと自分の好みに反する新聞をボイコットするよう要請した、西洋においては初めての出来事です。

このような圧力は受け入れがたいものであり、典型的な反民主主義政府を彷彿させます。

この抗議文は、レプブリカ紙を擁護することが目的ではありません。 首相への思いよりも民主主義への責任感の方が心に深く根ざしているであろう若き起業家たちは、このような誘いには乗らないでしょうから。この抗議文は、ベルルスコーニ氏の干渉が恥ずべきのであり、非自由主義的、反民主主義的であると感じている人々に向けたのもです。 政府とその選択、政治理念に異議を唱えるものではなく、国の首相がこのような異常な方法で権力を振るうことに、異議を唱えるものです。

敬愛する国家元首の皆様へ。

アンゲル・メルケル様、麻生太郎様、ゴードン・ブラウン様、ステファン・ハーパー様、ドミトリー・メドヴェージェフ様、バラク・オバマ様、そしてニコラス・サルコジ様。

人々にこのことを知らせてください。私たちを見捨てないでください。

このページは、それぞれ政治的意見の異なる市民のグループが、報道の自由と民主主義の監視人としての立場が徐々に危険にさらされていることへの大いなる困惑と不安から、お金を出し合って買い取ったものです。

[Début]


Partager sur Facebook

P.S. Demain sera publié ce texte sur le quotidien italien « La Repubblica », une initiative née entièrement autour de ce groupe Facebook, dont les membres se sont cotisés pour acheter une pub pleine page, qui sera publiée le jour de l'ouverture du G8. Je pense que c'est une grande première pour le Web et pour la démocratie participative. Mais je vous raconterai ça plus longuement. En attendant, même en France, si vous avez l'occasion d'acheter Repubblica demain, ça sera un numéro d'anthologie ! C'est ici pour le blog italien.

@ +, J-M [Début]

, , , , , , , , , , , , ,